top of page

Un voyage dans la lune

Un opéra-féerie d'Offenbach : humour, amour et apesanteur

Prêts a décoller ?

A l’occasion de la fête qu’il organise pour le retour de son fils Caprice, V’lan, roi de la terre, annonce sa décision de passer la couronne à celui-ci, après trente ans de règne. Mais Caprice n’en a aucune envie, il a tout vu et ne désire qu’une chose : aller sur la lune! Microscope, l’inventeur, est chargé de construire un canon dont un obus pourra atteindre la lune. Ayant mis le pied sur la lune, V’lan et Caprice rencontrent des habitants de la lune dont le roi Cosmos et sa fille Fantasia. Caprice tombe follement amoureux de Fantasia, mais la princesse, comme tous les habitants de la lune, ne connaît pas l’amour. Après maints rebondissements, grâce à la pomme et à un elixir (le cidre) les lunaisiens sont initiés…


Le Festif

Après la guerre de 1870, Offenbach lance ce nouveau genre : l'Opéra-Bouffe dont l'«Opéra-féerie», grâce à quoi il attire les foules dans son Théâtre de la Gaîté. Comme toujours, il crée des situations burlesques, servies par de belles musiques où il joue avec les rythmes, les mots et leurs sonorités. "Le Voyage dans la Lune" reste l'une des plus belles partitions d'Offenbach, avec son talent inimitable pour la bonne humeur, son énergie débordante pour la joie et son goût farceur pour l'amour boute-en-train.





`



La presse en parle 

Pas besoin de dromadaire, de canon démesuré, ou d’éruption volcanique dans la version proposée par le Barokopera Amsterdam de ce Voyage dans la Lune, pour retrouver l’esprit de cet opéra bouffe féerique (chanté en français) réunissant dès son époque un large public séduit par un spectacle scénique, musical et chorégraphique : le tout avec la patte d’Offenbach sur les romans de son ami Jules Verne. Une bonne dose d’imagination et de fantaisie sont les ingrédients de la version compactée ici proposée. En lire plus

Véronique Boudier, olyrix.com


Etrange destinée que celle du Voyage dans la Lune ! Après quasiment un siècle d’oubli, cette œuvre du dernier Offenbach, postérieure à la guerre de 1870, connaît depuis peu un engouement que rien ne semble devoir freiner : deux productions en France, l’une que le public va enfin voir à l’Opéra-Comique prochainement après sa création à huis-clos pendant le confinement, l’autre créée fin décembre 2020 et qui continue sa longue, très longue tournée à travers le pays. Mais ce n’est pas tout, et la partition se prête à d’autres incarnations, comme celle que propose actuellement BarokOpera Amsterdam. En lire plus

Laurent Bury, concertclassic.com

Distribution