Pierre Le Grand, l'opéra

Un spectacle patchwork autour des fake news

Les fake news, voilà un sujet brûlant d'actualité: ! Pierre le Grand, l’Opéra associe trois compositeurs des années 1800, Gretry (français), Lortzing (allemand) et Donizetti (italien). Dans ce spectacle mosaïque, cinq chanteurs, neuf musiciens et deux artistes de cirque sont à la recherche du véritable Pjotr. Ils jouent avec cinq langues pour raconter la jeunesse aventureuse du Tsar. Nous faisons revivre le meilleur de ces partitions, leur donnant un coup de jeune afin qu’elles résonnent pour le public d’aujourd’hui.

Infox, propagande, tout est déjà là !

Infox, propagande, tout est déjà là ! L'Europe entière a fantasmé Pierre Ier. Il faut dire que ce personnage visionnaire avait des idées révolutionnaires: moderniser le pays, sortir son peuple de l’archaïsme en faisant venir en Russie des artisans de toute l’Europe.

Le fondateur de Saint Petersbourg inspire la scène lyrique car c'est une figure éminemment théâtrale : voyageant incognito en dépit de sa stature remarquable de plus de 2m, il s'était formé dans sa jeunesse sur les chantiers navals européens afin d'être en (dé)mesure de créer une flotte russe digne de ce nom. Ce monarque éclairé nous apparaît néanmoins pétri de contradictions puisqu'il usait de méthodes absolutistes. Dans notre production, deux circassiens-acrobates illustrent cette ambivalence et l’envers du décor, la réalité cachée derrière la scène. Leur participation nous ramène également à l’origine du genre opéra-comique, celle du spectacle de foire et de tréteaux.

Notre Tsar Démasqué porte donc un regard aussi ludique que percutant sur les multiples facettes de l’âme russe. On y parle amour et propagande.


Trois opéras-comiques en un romancent la biographie de Pierre Premier

Zar und Zimmermann de Lortzing (1837) & Il Borgomastro di Saardam de Donizetti (1827) sont tirés d'une même pièce de théâtre dans laquelle Le jeune tsar Pierre apprend le métier de charpentier sur un chantier naval à Saardam en Hollande. Il se lie d’amitié avec un autre russe qui porte le même prénom que lui, soldat déserteur, amoureux de la nièce du Bourgmestre de Zaandam. Après quelques quiproquos, le Tsar dévoile son identité, dispense son ami Pierre de ses obligations militaires et donne sa bénédiction à son mariage avec sa chère Marietta.

La seconde partie du spectacle met en scène Pierre Le Grand de Grétry (1790). Quelques années plus tard, à nouveau incognito, Pierre travaille cette fois sur un chantier naval en Livonie. Il se prépare à épouser Catherine, une simple jeune fille du village dont il est amoureux et qui ne se doute pas de son identité. Mais une révolte éclate en Russie et Pierre doit partir. Catherine, se pense abandonnée jusqu'au retour de Pierre qui révèle son identité, l’épouse et fait d'elle sa Tsarine.


Travestissements et faux-semblants

Le rôle de Pierre le Grand est confié chez Grétry à un ténor français, chez Donizetti à un baryton-basse italien et chez Lortzing un baryton allemand. Dans l’esprit des oeuvres et du goût du Tsar pour le travestissement, nous confions alternativement le rôle à trois chanteurs qui l'interprétent chacun dans une langue différente. Les artistes choisis ont en commun des voix de premier ordre, mais également une grande finesse dans le travail des langues étrangères ainsi que des qualités scéniques majeures, indispensables pour porter ce projet.

A l'inverse des trois Pierre, une seule soprane assure les trois rôles féminins, secondaires chez Lortzing et Donizetti. Nous avons choisi une soprane russe, virtuose, qui sert de fil rouge à la représentation en incarnant la présentatrice de télévision qui, par des textes en russe (sus-titrés en français), permet au spectateur de déambuler avec fluidité entre les trois oeuvres.



La presse en parle 

Cinq chanteurs fantastiques, deux artistes de cirque, sont joués d'une manière vraiment enchantée, accompagnés d'un petit mais fin orchestre baroque qui fait de la musique sur le bord de leurs sièges sous la très forte direction de Frédérique Chauvet.'...' Varvara Tishina chante une lumière rayonnante , avec un sens de l'humour et du raffinement avec des notes rapides et aiguës.'...' Pieter Hendriks et Marc Pantus sont des maîtres dans différentes formations '...' Falco van Loon et Jacques de Faber varient leur timbre plus léger au contenu de leur cœur de profondément amoureux à terriblement désarmant."..." L'acrobate Stella Garbe Huedo et le jongleur Noah Schiltknecht, avec leur souplesse disciplinée, laissent leur langage corporel parler d'une manière incroyablement intelligente.

> voir l'article

Leidsche Dagblad


Les ténors Falco van Loon et Jacques de Faber contrastent bien l'un avec l'autre; le premier haut et élégant, le second plus robuste ... Marc Pantus approfondit l'image sonore avec sa voix basse. Son interprétation calme d'un hymne national russe est le point culminant pour moi ...Parce que différents opéras sont tirés, les quatre messieurs de la distribution jouent chacun le tsar au moins une fois. Avec une trouvaille simple mais intelligente, la réalisatrice Nynke van den Bergh rend ce visuel et crédible ... Acrobate Stella Garbe Huedo et le jongleur Noah Schiltknecht - un duo attachant qui attire constamment vos yeux ... Il est fascinant de découvrir des compositeurs `` plus récents '' entendre des instruments authentiques ... Assez de virtuosité pour en profiter.

> voir l'article

Magazine d'opéra

Distribution

Chanteurs

Varvara Tishina (soprano),

Falco van Loon (ténor),

Jacques de Faber (ténor),

Pieter Hendriks (baryton),

Marc Pantus (baryton-basse)


Ensemble

Antoinette Lohmann (violon solo),

Anneke Veenhoff (piano-forte et répétiteur),

Frédérique Chauvet (flûte à clapet),

Alayne Leslie (hautbois),

Diederik Ornée (clarinette),

Sara de Vries (violon et alto),

Tal Canetti (violoncelle),

Robin de Zeeuw (contrebasse),

Eva Jansen (basson),

Noah Schiltknecht (artiste de cirque),

Stella Garbe Huedo (artiste de cirque)

Tournées

Joué dans les théâtres des Pays-Bas et les festivals de Bretagne en 2018/19